Zombie Boy, aka Rick Genest est le Bad Boys que s’arrache les stars actuellement en mal de notoriété ou de Buzz. Hasard de la vie, je le croise régulièrement, entrant et sortant de son l’hôtel près de chez moi. Vous savez, ce jeune canadien qui, comme revanche contre une terrible tumeur au cerveau à l’âge de 15 ans, s’est fait tatouer quasi intégralement le corps durant 6 ans, lui donnant l’allure d’un squelette vivant.
Après avoir été découvert sur Facebook, Zombie Boy a intéressé Thierry Mugler et Lady Gaga. Il enchaine ensuite des séances photos pour GQ, Vanity Fair ou Vogue.Dernièrement Go beyond the cover, le clip d’un produit l’Oréal, dévoile paradoxalement le corps nu de Rick Genest. Bref, il intéresse et développe Une petite notoriété.
Mais voilà que je découvre Zombie Boy à l’affiche du film 47 Ronin ! Et quand je dis à l’affiche, je veux bien dire qu’on voit son visage en gros sur l’affiche, pas seulement son nom en fin de générique. Je prends donc mon courage à 2 mains (car il en faut pour regarder un film américain de samouraï avec Keanu Reeves… croyez-moi) et je me dis qu’il faut que je vois ce film. Ne serait-ce que pour constater les talents d’acteur de Zombie Boy.
Ne parlons pas du film, aucun intérêt et concentrons nous sur l’acteur aux tatouages.
Le film commence. Je patiente, je râle, je peste. Je patiente encore et je me moque de Keanu Reeves. Je patiente toujours et soudainement à 43 minutes et 54 secondes, Zombie Boy apparaît, sortant de l’ombre, égal à lui-même.
Pour les Fans de Zombie Boy, gardez bien en tête ce minutage ainsi que l’intégralité de son dialogue qui va suivre
« Hey, stranger.
What’s your business here ? » …
« – Good Luck Samurai »

Voilà. C’est tout. Tout ça pour ça.

Zombie Boy a donc réussi l’exploit de faire mieux que Rihanna dans Battleship en terme de mise en avant inversement proportionnelle à la présence dans le film.
Vous comprenez mieux le titre de l’article maintenant?

A propos de l'auteur