Pour la majeure partie d’entre vous, c’est la rentrée et donc le retour à la maison, travail, préparation de la rentrée des classes et mauvaise météo qui va avec. Pour rendre un peu moins pénible cette période de transition, rien de mieux que quelques fictions bien senties au fond de votre canapé, de votre fauteuil préféré ou de votre lit.
Mais voilà, les médias prolongent encore un peu la trêve estivale et rien à se mettre sous la dent! Alors comment faire ? Le soleil, le bord de piscine et les chants des cigales (inventaire à la Prevert à adapter à votre cas personnel) vous ont fait prendre du retard sur les séries de l’été. Alors que les US poussent des séries estivales un peu plus courtes que les séries habituelles (9 à 10 épisodes max.) mais qui peuvent réserver autant de bonnes surprises que de grandes déceptions. C’est donc le moment idéal de mater ces pépites bien à l’abri de la pluie.

Je vous propose donc ma sélection :

OVNI total pour commencer (ndlr : rien à voir avec X-files) signé HBO, Leftovers qui prend place dans une petite ville des Etats-Unis, 3 ans après qu’une partie assez considérable de la population ait subitement disparue.(It’s a kind of magic!) Pas de science fiction, d’enquête mystérieuse ou autre extra-terrestres comploteurs, non non, simplement la vie de ceux qui sont restés, au jour le jour, avec tout ce qu’un tel événement peut avoir engendré comme conséquences sur la société civile.
HBO signe là une série un peu étrange, mais un pari supplémentaire remporté haut la main.

Si vous aviez la nostalgie de l’ambiance militaire, des beaux uniformes de marins (rien à voir avec YMCA ! ) et de la rigueur dont seuls les vrais héros peuvent faire preuve même lorsqu’un virus a décidé de supprimer la population mondiale. Alors The Last Ship va faire votre bonheur. Point de terroristes du Moyen-Orient pour une fois, avec un retour aux vraies valeurs de la guerre froide et un ennemi bien méchant et Russe comme à la bonne époque (des années 80). Très clichée, cette série hautement surréaliste en terme de scénario et de postulat scientifique, se laisse voir comme des épisodes de MacGyver. On connait systématiquement l’issue, mais on se laisse porter.
Sans vouloir spoiler, le cliffhanger de fin de saison qui vient salir toute la couche de patriotisme héroïque, justifie à lui tout seul les 10 épisodes.

Bye-bye True Blood et ses vampires romantico-ennuyeux avec la dernière saison de trop de la série. Bienvenue à The Strain, qui traite le cas des suceurs de sang comme un virus démoniaque. Plus urbain que True Blood, dans le cadre de NYC, la série, tout en étant très convenue, relance correctement le sujet des vampires (ça change des zombies).

Halle Berry fait son grand retour sur le petit écran avec Extant, une intrigue de science fiction matinée de théorie du complot, d’intelligence artificielle, d’extra-terrestre et d’espace. Ici, non plus, rien de révolutionnaire mais le casting fait de bankables du petit écran rassure franchement et l’intrigue porte bien la série. A voir si on est amateur du genre.

A noter également, Under The Dome et Falling Skies, qu’il faudra absolument éviter tant ces 2 séries sont tombées dans l’abysse de l’ennui total et le n’importe quoi scénaristique. Dommage.

Et pour finir, une série de l’été sur Canal avec BANSHEE que mon colistier de Hqlture me souffle à l’oreille. Un pitch assez banal qui pourrait faire fuir n’importe quel accroc aux series (Un truand qui prend une fausse identité pour fuir d’autres truands) mais la mise en scène musclée avec des chorégraphies dignes de John Woo , de l’hémoglobine à faire pâlir Walking Dead et des scènes de sexe très lechées font de cette série un must-see de l’été. Si vous ajoutez un mélange d’américains moyens, des indiens de souche, une communauté AMISH et des hectolitres de wiskey, vous avez le cocktail de l’été.

N’hésitez pas à partager vos coups de coeur et coups de gueule avec nous.

(Et si votre appétit est insatiable, jetez un oeil sur les exploits de Tatiana Maslany qui joue tous les rôles principaux de Orphan Black, rien que ça.)

A propos de l'auteur