Jean-Christophe Rufin a l’art d’écrire bien. Comme en témoigne son prix Goncourt.
Jean-Christophe Rufin délivre de la grande littérature accessible à tous comme en témoigne Le Collier Rouge, son dernier roman.
Sorti à point nommé en cette année de 100ème anniversaire du début de la Grande Guerre, l’histoire, assez courte, se déroule au lendemain de l’armistice de 1918. Un soldat, pourtant décoré de la légion d’honneur, un héro donc, est arrêté et emprisonné en attendant qu’un juge militaire détermine son sort.
Rufin décrit simplement l’ambiance particulière, dans une écriture douce, directe et efficace qui transforme les mots en de petits joyaux de sentiments qui viennent composer une rivière magnifique. Car au delà de la guerre, de l’ordre militaire, c’est de sentiment qu’il choisit.
Mais que vient faire le chien dans tout ça ? Ce chien présent dès les premières lignes. Les quelques heures qu’il vous faudra pour avaler Le Collier Rouge vous révèleront ce que vous devrez savoir. Mais par pitié, si vous achetez ce roman, ne jetez pas le moindre regard sur le bandeau qui recouvre partiellement la couverture : il vous induira en erreur, voire pire, dénaturera le récit.

Note à Gallimard (l’éditeur) et aux libraires : Jetez ce bandeau ignoble !
Note aux professeurs de Français et d’Histoire : Faîtes lire ce livre à vos élèves !
Note aux élèves : lisez-le.
etc.

Pour ne pas perdre une seconde et vous procurer Le Collier Rouge de Jean-Christophe Ruffin en version Kindle, c’est ici, et si vous préférez la version avec des vraies pages, c’est par .

A propos de l'auteur