Il y a 3 raisons pour lesquelles on peut être tenté de s’affubler d’un bracelet comme le Fit Bit Flex, le Withings Pulse ou encore le Jawbone Up :
– Faire un régime
– Se maintenir en forme ou améliorer son état physique
– Etre un geek

Je me situe plutôt entre la 2ème et la 3ème proposition. Après avoir longuement hésité entre les 3 modèles cités plus haut, il m’a été donné l’occasion de tester le Jawbone UP, génération précédente du UP 24. La différence résidant essentiellement dans le fait que la nouvelle génération permet une synchronisation continue en bluetooth avec le smartphone.
Pour ceux qui ne connaîtraient pas le mode de fonctionnement de ces bracelets connectés, je vous fais un petit résumé.
Le bracelet enregistre des informations sur votre activité grâce à des capteurs (mouvements, repos…) et les transmet à une application sur votre smartphone ou votre ordinateur. C’est également via cette application que vous pouvez renseigner ce que vous avez mangé et quelle votre « humeur » du moment afin de tenir un carnet de santé au quotidien et ainsi améliorer votre condition physique.
Les différents bracelets et applications présentent chacun leurs particularités et sont plus ou moins précis. Je ne vais pas faire un comparatif car, des retours de différents utilisateurs, j’ai le sentiment que, globalement, ils se valent.

J’ai commencé par paramétré l’application qui va avec le Jawbone Up et, après une bonne charge, j’ai mis le bracelet à mon poignet. Je l’ai porté constamment, ne le retirant que pour faire ma toilette et profitant de ces moments-là pour le charger un peu. Son autonomie est d’une petite dizaine de jours et je ne suis jamais tombé en dessous des 80% de charge (car je me lave tous les jours !).
Les premiers jours, l’effet du Jawbone Up a été saisissant : motivation à bouger (marcher) davantage, analyse de mon sommeil en faisant attention à mon heure de couché et contrôle de mon alimentation avec les taux de sucre, graisse, cholestérol, fibre… En renseignant scrupuleusement les informations de tout ce que je mangeais dans l’application. L’application propose une fonction de scan des codes barre d’aliments particulièrement efficace.
Mais les jours passant, avec des contraintes d’emploi du temps qui, elles, n’ont pas changé, j’ai eu du mal à tenir le rythme.

Nuits trop courtes, manque temps pour remplir les renseignements nutritionnels, difficultés à faire de l’exercice. Le bracelet vibre pour me dire de ne pas rester statique plus d’une heure à la suite. Mais il est difficile de lui donner satisfaction alors que je compose des lignes et des lignes de code avec une dead line de type épée de Damocles.
L’apothéose a été de m’endormir un soir, terrassé par la fatigue, après une trop longue journée de travail, sans mettre le bracelet en mode sommeil.
Au matin, réalisant mon oubli, j’en tire alors la conclusion que ce type de bracelet est aussi efficace qu’un abonnement dans une salle de sport. Ce n’est pas lui qui aura la volonté pour vous. Je n’ai pas la volonté/possibilité de plier mon rythme de vie à ce que me demande mon « coach » électronique, tout comme j’ai laissé filé mon abonnement annuel à la salle de sport après un mois seulement de fréquentation.

Le point positif, par contre, est que ce type de bracelet peut vraiment faire de l’effet (quand on veut, on peut). Un de mes amis l’utilise consciencieusement et a perdu 4 kilos tout en affichant fièrement une meilleure santé.

D’un point de vue geek, là, c’est autre chose. Avec le Jawbone Up (surtout avec le Up 24 et sa synchronisation continue, en fait) il est possible de créer des petites routines, via le site IFTTT.com pour, par exemple, piloter l’éclairage de lampes Philips Hue, pour lancer sa machine à café au réveil (via prise électrique connectée Belkin), donner des informations comme la météo, publier des tweets, etc. Là, ça devient intéressant et on a de quoi rigoler même sans la volonté d’améliorer son état physique.

Le Jawbone Up, comme ces alter egos d’autres marques, sont des preuves supplémentaires que nous rentrons bien dans l’aire des objets connectés et de la wearable tech. Le meilleur (ou le pire) est encore à venir.

En savoir plus sur le Jawbone up.

A propos de l'auteur