Etait il prévisible que je tombe sous le charme et la dérision d’un écrivain-journaliste allemand qui écrit un roman sur Hitler, ressuscité 70 ans plus tard ?
Objectivement, je pense que les chances étaient plutôt faibles. Et pourtant, ce roman est une pépite qui est un délicieux aparté durant cette période estivale : Lire Hitler à la première personne est une audace rare de nos jours.
Je ne rentrerais pas dans ce débat inutile sur l’humour et Hitler ou l’humour et le nazisme. Nul n’est obligé de lire ce livre et de se faire sa propre idée. Celui qui pense que ce roman est bienveillant ou opportun pour le nazisme, n’a pas lu ou compris ce roman. Et ce dernier est une réussite qui se lit facilement sur la plage.
Vermes a l’art de manier l’ironie et de moquer notre XXIe siècle, prompte à succomber à la vilenie si cela génère du « like » et des vues sur « Ioutioube ».
Derrière cette satire, on découvre vite que notre société, prompte à magnifier le voyeurisme des médias et les idées fangeuses de la télé réalité, peut se perdre facilement et céder à la tentation du mal tant l’amnésie est totale.
On l’aura compris. Ce roman n’est pas un livre d’histoire qui s’intéresse au passé de l’Europe, mais bien à son avenir.

On pourrait résumer ce roman et s’inquiéter de notre avenir avec cette citation extraite du roman « Vous êtes un drôle d’oiseau (…) Faites attention, un jour quelqu’un vous prendra au sérieux! »

Le pitch :
Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n’est pas content : comment, plus personne ne fait le salut nazi ? L’Allemagne ne rayonne plus sur l’Europe ? Depuis quand tous ces Turcs ont-ils pignon sur rue ? Et, surtout, c’est une FEMME qui dirige le pays ?
Il est temps d’agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour cela, il lui faut une tribune. Ça tombe bien, une équipe de télé, par l’odeur du bon client alléchée, est toute prête à lui en fournir une.
La machine médiatique s’emballe, et bientôt le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise…
Hitler est ravi, qui n’en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. Reste à porter l’estocade qui lui permettra d’achever enfin ce qu’il avait commencé…

Si vous souhaitez acheter ce livre au prix très symbolique de 19.33€, c’est par ici

Si vous souhaitez le lire rapidement sur votre Kindle, c’est par ici

A propos de l'auteur

Curious in marketing experience and online challenge.Fan of New technologies and mobility, Books, fashion, life style