C’est toujours un plaisir de retrouver Spike Jonze qui bénéficie pour moi de l’aura éternel de Being Malkovich. Ce film est différent même si l’on se retrouve toujours dans l’ univers très Jonze. Joaquin Phoenix, tout en retenu dans ce film, est convaincant dans ce rôle où il doit converser en OFF avec Scarlett Johansson durant tout le film. C’etait une vraie difficulté que Jonze à relever avec brio.

Pour le reste, on suit l’évolution d’une histoire d’amour d’un homme meurtri par son divorce qui a du mal à communiquer avec autrui (dis comme cela, c’est banal non?). On évolue dans un Los Angeles vieux de quelques décennies où tout est aseptisé et propre. le ciel est bleu en permanence sans apercevoir un vieux ou un obèse et les habitants conversent avec leur oreillette en permanence. Je préfère mille fois le L.A de Canyon  bien que le scénario soit formidable et attachante car on s’attache forcément à Théodore (Joaquin) et la voix de Samantha nous envoute.

Malgré tout, ce film a le défaut de sortir en même temps que Canyon et ce dernier nous présente un L.A qui me plait davantage.Nous sommes loin de cette vision idéaliste et la candeur est remplacée par une  noirceur que j’apprécie plus.

Pour conclure, je vous invite à découvrir HER si vous souhaitez croire en un monde meilleur malgré ses imperfections et allez voir Canyon si vous souhaitez voir un L.A  plus froid et cru. Quant à moi, mon plaisir cinématographique penche du coté de Canyon et les pantalons taille haute ne sont pas rentrés en ligne de compte dans mon choix!!!

Her Spike Jonze

A propos de l'auteur

Curious in marketing experience and online challenge.Fan of New technologies and mobility, Books, fashion, life style