Tout est lourd dans ce film et bien avant de s’assoir dans son fauteuil. Une réalisation de Schrader et une écriture de Mister Ellis himself font de ce film une curiosité naturelle. Et si on ajoute les deux acteurs principaux qui n’en espéraient pas tant à Hollywood. Lohan sort du néant artitistique et nous offre une interprétation de qualité et je ne connaissais pas ce James Deen qui ne s’en sort pas si mal dans ce rôle.
Bref, des a priori énormes sont à prendre en compte avant de voir ce film.
Et une fois devant son écran, j’ai aimé ce film qui mélange à mon sens le fond et la forme. On ne peut isoler le sujet du film de la réalisation de celui ci. Un L.A qui se meurt, froid et pervers. Filmé comme un documentaire, on découvre une histoire d’amour banale (comme dans Her?) qui devient sordide et malsaine, guidée par un démiurge psychotique.
J’aime bien opposer Her de jonze à ce film car le thème est commun (une histoire d’amour) et les lectures sont radicalement différentes. L’un propose un amour asexué et irréel et l’autre propose un sexe sans amour et cru. L’amour se vit dans la passion.
L’un tarife l’amour via un OS et l’autre tarife le sexe. Au final, les deux perdent leur liberté dans un monde de demain!
Pour conclure, et pour rester dans l’opposition de ces deux films, Her ne créera pas de fracture et pourra plaire au plus grand nombre. Et Canyons créera une fracture et sera rejeté ou adulé. La noirceur et la froideur de Mr BEE ne sont pas populaires. Mais cette association Schrader/Ellis créée une opposition bénéfique. C’est un film à voir.

A propos de l'auteur

Curious in marketing experience and online challenge.Fan of New technologies and mobility, Books, fashion, life style